Skip to content

Pourquoi lire avant 6 ans est-il si important ?

Pourquoi lire avant 6 ans est-il si important ?

Pourquoi la lecture avant 6 ans
est-elle si importante ?

À quel âge peut-on enseigner la lecture à son enfant ?
Pourquoi avant 6 ans ?

J’ai envie de vous dire, pourquoi pas ? Si votre enfant vous fait sentir qu’il est prêt en vous sollicitant et en vous questionnant, qu’est-ce qui vous empêche de l’aider à prendre conscience de ses incroyables capacités ?

Attention ! J’insiste. Il ne s’agit pas de le pousser à apprendre la lecture à 2, 3, 4 ou 5 ans, mais de savoir déceler ses besoins et satisfaire sa curiosité naturelle avec bienfaisance.

Il suffit de se laisser guider par son désir de connaissances et de lui permettre de se développer au sein d’un environnement propice, sécurisé et structurant. « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source qu’on laisse jaillir. » Maria Montessori.

Si vous deviez retenir une seule information, ce serait celle-ci : l’apprentissage doit se faire avec amour, bienveillance et patience. Peu importe ce que vous transmettez à votre enfant : mettre son manteau, « faire pipi au pot » ou l’initier au vélo.

Mon histoire

Comme je vous l’ai mentionné précédemment, l’aventure a commencé lorsque mon fils avait 2 ans et 3 mois. En toute honnêteté, je ne me disais pas que j’allais lui apprendre à lire, l’idée ne me traversait même pas l’esprit ! Je suis du genre maman poule et protectrice (allaitement pendant 2 ans) et j’avais tendance à penser que mon petit chat était un bébé.

En juillet 2018, ma mère, auxiliaire de puériculture en milieu hospitalier et forte d’une expérience de 40 ans dans le domaine, m’a fait remarquer la fascination et les nombreuses sollicitations de mon fils pour les livres, les sigles, etc. « Il est prêt pour la lecture », m’a-t-elle affirmé !

Autant vous dire qu’au départ, j’ai trouvé l’idée folle ! Mon bébé lire ? À son âge ? ! Dans quel but ? Mais non ! Il est trop petit, ça va le perturber ! Comment vais-je faire, je ne connais même pas la méthode ? ! Il apprendra au CP ! En fait, j’ai ressenti comme une forme de rejet face à cette idée. Pourtant, ma mère a accompagné de nombreux enfants de maternelle et CP dans divers apprentissages (lecture, mathématiques, etc.) dont j’ai été témoin !

Il m’a fallu 2 mois pour démarrer. Je me devais d’être sûre de prendre le bon chemin. Alors j’ai fait maintes recherches. Parallèlement, j’observai mon petit garçon, débordant de curiosité. Et je voyais bien que le gourmand avait besoin d’être rassasié.

Comment réussir à apprendre la lecture aux enfants

Des avancées scientifiques à la maternelle

Les avancées neuroscientifiques permettent, aujourd’hui, d’affirmer que la lecture engendre d’incroyables transformations au niveau du cerveau.

En effet, lors de l’apprentissage de la lecture, une région située au niveau de l’hémisphère gauche se spécialise, lors de l’apprentissage de la lecture, en créant de nouveaux circuits neuronaux. Cette partie du cortex sert initialement à reconnaître les visages, les objets et les formes. Stanislas Dehaene la nomme : « l’aire de la forme visuelle des mots » ou « boîte aux lettres du cerveau ».

Vous rendez vous compte ? Il est possible de savoir si une personne est lettrée ou non en regardant une IRM ! Nous avons la preuve qu’apprendre à lire à un impact sur notre matière grise. C’est fascinant !

Nos enfants sont dotés d’exceptionnelles capacités pour l’apprentissage, notamment dans les premières années de leur vie. L’être humain est fait pour s’enrichir de connaissances !

Maria Montessori observe que, de la naissance à 6 ans, nous sommes pourvus d’un « esprit absorbant » : une éminente faculté d’imprégner et de s’approprier tout ce qui nous entoure. Elle met, parallèlement en lumière, le fait que l’enfant passe par des « périodes sensibles ». Ce sont des périodes spécifiques et temporaires au cours desquelles, de 0 à 6 ans, il est absorbé par des activités ou des objets.

C’est au cours cette période limitée dans le temps qu’il exprime un besoin de satisfaire sa curiosité naturelle. C’est à ce moment-là qu’il a la faculté d’assimiler tout type d’apprentissage avec une facilité impressionnante. Son enthousiasme est tel, que les efforts d’acquisitions de nouvelles compétences sont minimes. Ces périodes sont éphémères. Ce sont des moments cruciaux, où veiller à offrir un environnement propice à l’apprentissage est primordial. Il est essentiel de permettre à nos enfants de libérer leur incroyable potentiel. Ne pas les stimuler durant cette phase rendrait l’assimilation beaucoup plus laborieuse pour eux.

Il existe 6 « périodes sensibles » dont « la période sensible du langage » (de 0 à 6 ans). Vers l’âge de 3 ans, tout naturellement, l’enfant s’intéresse au langage écrit, aux symboles et aux sigles. Il s’en suivra un intérêt profond pour la lecture.

Maria Montessori a dédié sa vie à la création d'une pédagogie respectueuse des besoins fondamentaux de l’enfant. Gardons à l’esprit, que cette femme médecin, précurseur du début du XXème siècle a élaboré sa pédagogie sur des observations et hypothèses scientifiques non vérifiables à l’époque. Aujourd’hui, les avancées scientifiques, prouvent qu’elle avait raison.

 Quel magnifique héritage !

Une rencontre déterminante

Fin août, j’ai eu la chance de m’entretenir avec Heidie Gibus, formatrice en neuropédagogie, conférencière et fondatrice du Cesime (Centre d’éveil et de stimulation des intelligences multiples de l’enfant et de l’adolescent). Elle a su m’expliquer la corrélation entre l’apprentissage et les neurosciences, dont je ne soupçonnais pas l’importance.

C’est à la suite de cette rencontre déterminante que mon engagement a commencée.

Alors, j’ai pris conscience des capacités de mon fils et de mon pouvoir de maman. J’ai appris à lui faire confiance. À me faire confiance. Et à me laisser guider par ses envies. Après tout, refuse-t-on à son enfant d’apprendre à monter les escaliers ? Non ! On lui tient la main pour l’accompagner en toute sécurité. Je me suis dit, au fond, peu importe son âge. C’est mon devoir, en tant que mère, de satisfaire sa curiosité. Je me dois de l’aider à développer ses incroyables capacités dans un environnement structurant et aimant afin qu’il prenne confiance en lui. Pareillement, chaque enfant possède ces aptitudes.

À travers cet article, vous pouvez voir qu’il est possible d’apprendre à lire à un enfant de moins de 6 ans. Cela est même recommandé !

  • beaucoup d’amour
  • un enfant en pleine « période sensible », qui manifeste son besoin d’apprendre.
  • quelques outils
  • un peu de temps
  • un parent disponible et investi

Alors, qu’attendez-vous ?

Anissa

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire